Sélectionner une page

Pour Noël j’ai craqué : j’ai réalisé que c’était l’occasion ou jamais de lire “ La Peste “ . J’ai donc plongé dans Oran 194. et lu jusqu’à la moitié du roman dans une sorte de dédoublement : je savais pertinemment que la peste n’avait jamais effleuré l’Algérie mais la confiance aveugle en l’homme Camus me laissait me faire déposer où bon lui semblerait .

La précision des détails médicaux 

me laisse sans voix . Comme la description des symptômes, de la progression de l’épidémie, des mesures de santé publique .Camus n’a jamais été médecin 

    “ Mais,à partir du moment où la peste se fut réellement emparée de toute la ville,alors son excès même entraîna des conséquences bien commodes,car elle désorganisa toute la vie économique et suscita ainsi un nombre considérable de chômeurs .Dans la plupart des cas, ils ne fournissaient pas de recrutement pour les cadres, mais quant aux basses oeuvres,elles s’en trouvèrent facilitées . A partir de ce moment,en effet, on vit toujours la misère se montrer plus forte que la peur,d’autant que le travail était payé en proportion des risques “

P 205- 206

 D’où lui vient ce talent ?

    “La seule mesure qui sembla impressionner tous les habitants fut l’institution du couvre-feu . A partir de onze heures, plongée dans la nuit complète, la ville était de pierre …..la société des vivants craignait à longueur de journée d’être obligée de céder le pas à la société des morts “ 

P 200- 2001

 Nous connaissons tous le Dr Rieux

Il appartient à notre patrimoine culturel . Personnage sobre , tout en retenue, doté d’une force de travail colossale. Il observe , il agit . Il ne sortira qu’une seule fois de sa réserve, devant la prudence criminelle des autorités .

“ Quand  un microbe, dit Rieux, après un court silence, est capable en trois jours de temps de quadrupler le volume de la rate, de donner aux ganglions mésentériques le volume d’une orange et la consistance de la bouillie, il n’autorise justement pas d’hésitations ….Par conséquent, il importe peu que vous l’appeliez peste ou fièvre de croissance. Il importe seulement que vous l’empêchiez de tuer la moitié de la ville . 

P 63

Nous lui devons une description sans appel de la lourdeur d’exercer en situation tendue à l’extrême .

“ Car il savait que, pour une période dont il n’apercevait pas le terme, son rôle n’était plus de guérir . Son rôle était de diagnostiquer. Découvrir, voir, décrire, enregistrer, puis condamner, c’était sa tâche ….. Vous n’avez pas de coeur “ lui avait-on dit un jour . Mais si, il en avait un . Il lui servait à supporter les vingt heures par jour où il voyait mourir des hommes qui étaient faits pour vivre . Il lui servait à recommencer tous les jours. Désormais, il avait juste assez de coeur pour ça . “ 

P 223

De quoi parle “ La peste “

La pandémie de Covid aura fait vendre 100 000 exemplaires en France de “ La peste “, publiée en 1947 .

Dans le hors-série des écrivains que l’hebdomadaire du 1 consacre à Camus , Laurent Greisalmer , parle  “ d’ un roman en forme de fable sur la violence et l’Occupation “

“ Dans le souvenir de ceux qui les ont vécues, les journées terribles de la peste n’apparaissaient pas comme de grandes flammes somptueuses et cruelles, mais plutôt comme un interminable piétinement qui écrasait tout sur son passage “ 

P 209

Que peut représenter à l’échelon d’une personne, l’engagement dans la Résistance ? Ce sera Rambert, journaliste arrivé à Oran avant le début de l’épidémie , qui cherchera d’abord à rejoindre une femme très importante à ses yeux lorsque la ville sera fermée ,qui donnera un embryon de réponse :

“ Rambert dit qu’il avait encore réfléchi, qu’il continuait à croire ce qu’il croyait, mais que s’il partait, il aurait honte . Cela le gênerait pour aimer celle qu’il avait laissée . Mais Rieux se redressa et dit d’une voix ferme que cela était stupide et qu’il n’y avait pas de honte à préférer le bonheur .

  • Oui, dit Rambert, mais il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul . “

P 241

Toujours selon l’angle de la métaphore , le tableau du peloton d’exécution évoque d’autres situations : représailles de l’Occupant ? règlements de comptes entre partisans et collabos ?

“ Vous n’avez jamais vu fusiller un homme ? Non, bien sûr, cela se fait généralement sur invitation et le public est choisi d’avance …Un bandeau, un poteau, et au loin quelques soldats . Eh bien, non ! Savez-vous que le peloton des fusilleurs se place au contraire à un mètre cinquante du condamné? Savez-vous que  si le condamné faisait deux pas en avant, il heurterait les fusils avec sa poitrine ? Savez-vous qu’à cette courte distance, les fusilleurs concentrent leurs tirs sur la région du coeur et qu’à eux-tous, avec leurs grosses balles, ils y font un trou où l’on pourrait mettre le poing ? “

P 288

Les moyens de lutte contre la peste 

“ C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté .

  • Qu’est-ce que l’honnêteté ? dit Rambert d’un ton soudain sérieux .
  • Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier .

P 191